"LE MINISTRE"

Politique économique 2017 à travers le Programme d’action du Gouvernement de l’Union Nationale de la République Démocratique du Congo

La politique économique 2017 en RDC, trouve ses détails envisagés dans le programme de l’action du gouvernement de l’union nationale dont S.E Ministre d’État en Charge de l’économie nationale Joseph KAPIKA, tient à son application et à son exécution par rapport aux priorités socio économiques relevant de ses attributions et de sa missions spécifique.
Suite à télécharger ………
 :

Word - 365 ko

POLITIQUE ECONOMIQUE A TRAVERS LE PROGRAMME QUINQUENNAL DU GOUVERNEMENT 2011-2016 EN RDC

La politique économique à travers le programme quinquennal du gouvernement était sur quatre grands axes notamment : Le renforcement de l’efficacité de l’Etat, le développement des infrastructures de base et des services, la redynamisation des principaux secteurs de production et le renforcement du capital humain ainsi que l’amélioration des conditions sociales de la population. Pour y parvenir, le gouvernement devrait appliquer une série des mesures visant essentiellement les facilitations à la création du climat des affaires vers l’émergence à la révolution de la modernité.
Suite à télécharger ………
 :

Word - 415.5 ko

PROGRAMME D’ACTION DU GOUVERNEMENT D’UNION NATIONALE

Il faut d’abord souligner le fait que le Gouvernement d’union nationale n’est pas issu des élections législatives nationales et n’a donc pas un programme politique général et ambitieux dont l’exécution serait étalée sur une législature de cinq ans. Son programme d’action a été défini et accepté, dans ses grandes lignes, par les forces vives de la nation au cours du Dialogue national du Congo :

Word - 365 ko

POLITIQUE ECONOMIQUE DU GOUVERNEMENT 2001-2030

La politique du Gouvernement de la République Démocratique du Congo est basée sur les différents programmes dont sa chronologie entre 2001-2015 est la suivante :

I. Programme Intérimaire Renforcé PIR (2001)

I.1 Objectifs :
Casser l’hyperinflation, unifier le taux de change, libéraliser l’économie, créer un environnement favorable à la croissance, et poser les bases de la relance économique.

I.2 Effets
Ce programme a non seulement permis de remettre l’économie congolaise sur la voie de stabilisation macroéconomique mais également à la RDC de renouer formellement les relations de coopération avec la communauté financière internationale

II. Programme Economique du Gouvernement /Programme Multisectoriel de Réhabilitation et de Reconstruction ( PEG I ) / PMURR ( 2002-2005)


II.1 Objectifs
Consolidation de la stabilité macroéconomique par l’amélioration de la gestion des finances publiques et la poursuite d’une politique monétaire prudente visant à affermir la stabilité des prix intérieurs et du taux de change ; amélioration du climat des affaires et relance de la croissance en vue de réduire la pauvreté

II.2 Effets
L’exécution du PEG a permis de consolider les bons résultats du PIR et remettre la RDC sur la voie de la croissance économique positive. Mais à cause du relâchement dans la mise en œuvre de la politique budgétaire, conjuguée à la lenteur des réformes, à la suite de l’organisation des élections présidentielles de 2006, le PEG1 a été arrêté sans avoir conclu sa cinquième et sixième revue.

III. Programme relais de consolidation (PRC) 2006

III .1 Objectifs
Consolidation de la stabilité macroéconomique par l’amélioration de la gestion des finances publiques et la poursuite d’une politique monétaire prudente visant à affermir la stabilité des prix intérieurs et du taux de change ; amélioration du climat des affaires et relance de la croissance en vue de réduire la pauvreté

III .2 Effets
D’une durée de 9 mois, le PRC qui visait à corriger les déséquilibres à la base de la suspension du PEG1, n’a pas été concluant à fin décembre 2006 pour les mêmes raisons.

IV. Programme Suivi par les Services du FMI (PSSF) 2007-2008

IV .1 Objectifs
Poursuite de la consolidation de la stabilité macroéconomique par l’amélioration de la gestion des finances publiques et la politique monétaire prudente

IV .2 Effets
En avril 2007, le PRC a été reconduit (avec un suivi du FMI)et sa mise en œuvre concluante en 2008 a permis la conclusion d’un nouveau programme triennal en 2009, dénommé PEG2

V. Programme Économique du Gouvernement ( PEG II ) 2009-2012

V .1 Objectifs
Consolider la stabilité macroéconomique, améliorer la gestion des finances publiques, renforcer l’indépendance de la BCC et assainir le climat des affaires.

V .2 Effets
Le PEG2 a conduit à la réalisation satisfaisante de tous ses objectifs quantitatifs. Après quatre revues concluantes, le programme n’a pas été achevé à la suite de son expiration en décembre 2012 due à la divergence dans l’interprétation d’un critère qualitatif en matière de transparence dans la gestion des ressources naturelles.

VI. Révolution de la Modernité pour l’émergence d’ici 2030

VI.1 Objectifs
-  Une politique monétaire adéquate ;
-  La stabilisation du cadre macroéconomique ;
-  La relance des investissements productifs dans certains secteurs ;
-  La réduction de la pauvreté et l’amélioration des conditions de vie de la population ;
-  La redistribution des fruits de la croissance économique ;
-  La diversification de l’économie nationale.

VI.2 Effets
Le cadre macroéconomique se raffermit de plus en plus et les résultats obtenus se traduisent actuellement par un taux d’inflation qui oscille entre 0 et 1%, la stabilisation des fluctuations du taux de change, l’atteinte d’un taux de croissance positif qui devrait se situer en fin 2015 entre 8 et 9%.

Au niveau de la relance des investissements productifs dans certains secteurs, il en est ainsi, notamment, dans le secteur agricole avec le programme de création des parcs agro industriels. Un programme de relance du secteur de la pêche industrielle est en instance d’opérationnellement.

S’agissant de la réduction de la pauvreté et l’amélioration des conditions de vie de la population, le maintien du cap d’une croissance économique robuste offre de bonnes perspectives de réduction de la pauvreté ainsi que dans la marche vers l’émergence, grâce à la relance de l’appareil économique national.
Entre 2010 et 2014, la RDC a affiché un taux de croissance moyen de 8%, la plaçant parmi les trois économies dynamiques du monde, selon les services du FMI. A ce sujet, un communiqué des services du FMI a récemment reconnu les indéniables avancées économiques de la RDC qui a encore, certes, un niveau de pauvreté élevé mais décroissant. En effet, l’on peut valablement soutenir que le pays va mieux qu’il ya dix ou vingt ans étant donné que le PIB a presque doublé.

Quant à la redistribution des fruits de la croissance économique, elle s’opère progressivement au travers, notamment, du budget en tant qu’instrument de la politique économique de l’Etat qui est passé de 400 millions de dollars US en 1994 à environ 9 milliards de dollars US en 2015. Dans ce budget en nette progression, l’attention est de plus en plus accordée aux secteurs ayant un impact certain sur la réduction de la pauvreté, en l’occurrence la santé et l’éducation. Ainsi, grâce au programme de construction et de réhabilitation des infrastructures scolaires en cours, près de 1.000,- écoles ont été construites et rendues opérationnelles sur le territoire nationale. Il en est de même des infrastructures hospitalières.

Enfin, concernant la diversification de l’économie nationale, depuis 2012, un vaste programme socioéconomique a été mis en place par le Gouvernement, visant l’amélioration des conditions de vie de la population mais aussi la diversification de l’économie nationale, en vue, d’une part, de s’affranchir du secteur minier et, d’autre part, de constituer un socle de résilience et d’inclusivité.
Des investissements massifs ont ainsi été effectués dans le secteur de l’agriculture (création progressive de parcs agro industriels en vue d’améliorer la production agricole), dans des projets de densification des voies de communication internes (route, rail, fleuve...) en vue, notamment, de mieux relier les centres de production à ceux de consommation, dans les transports urbains, dans la construction d’infrastructures sportives etc. qui sont, en même temps, autant de canaux de diffusion de la croissance économique.

  • Partager cet article

about author

Laisser un commentaire

Envoyer