"SECRETARIAT GENERAL"

"Les structures d’appui"

Créé le 23 juillet 2001 par un décret présidentiel, le Cadre permanent de concertation économique (CPCE) est une structure de dialogue entre les pouvoirs publics, le secteur privé et la société civile. Elle est mise sur pied pour aider à résoudre les différents problèmes entre opérateurs économiques du secteur privé et ceux du secteur public. Ces problèmes sont de nature à perturber le bon fonctionnement de l’économie nationale et par conséquent favoriser la détérioration du climat social et des affaires.

Le CPCE se veut être une structure de dialogue constructif, d’échange de vues et d’analyse des problèmes économiques et sociaux du pays, dans le but de formuler des propositions de décisions à soumettre au Gouvernement, précise un membre du ministère de l’économie. « Il s’agit d’une plateforme qui va permettre de rapprocher et d’impliquer les différents partenaires sociaux à la recherche des solutions aux problèmes socio-économiques.

Il s’agit d’une plateforme qui va permettre de rapprocher et d’impliquer les différents partenaires sociaux à la recherche des solutions aux problèmes socio-économiques..

Elle aura notamment pour mission de créer un espace de dialogue, mieux de concertation entre les pouvoirs publics, le secteur privé et la société civile sur les questions économiques, fiscales, douanières, et de sous-traitance dans les différents secteurs en vue d’améliorer le climat des affaires et de promouvoir l’émergence d’une classe moyenne congolaise », soutient-il. Cette structure comprend trois organes à savoir : l’Assemblée générale, le Bureau et le Secrétariat technique pluridisciplinaire. Les propositions de résolutions émanant des différentes concertations au niveau des composantes du CPCE ne constituent pas des décisions. Elles doivent être soumises à la sanction du Gouverneur qui est le premier comptable et le représentant personnel du Chef de l’Etat au niveau de la province.
Cahier de charge non suivi

Depuis sa création, cette structure compte à son actif quelques activités isolées telles que l’organisation du forum économique de 2004, la table ronde économique de 2008 et l’organisation du Forum économique national (FENAT 2013). C’est au cours d’une rencontre entre le président de la République et les délégués des associations patronales en décembre 2012 qu’avait été donné le vrai coup de pousse à la matérialisation de cette idée.

Au Katanga où le CPCE s’est installé en premier lieu, les associations patronales se plaignent toujours, sans succès, de la multiplicité de taxes à l’importation ou leur confusion tant dans la nomenclature que dans leur perception (selon qu’elles sont de la compétence du gouvernement provincial ou central).

« Même la dernière mesure spectaculaire du gouvernement imposant la suppression de 38 taxes dans les ports maritimes fluviaux et lacustres est ignorée par certains percepteurs », se plaint un armateur. Au Bas-Congo, où la structure a été installée en début du mois, la société civile et toutes les parties prenantes veulent obtenir le désengorgement et l’assainissement des activités des ports de Matadi et de Boma qui représentent un intérêt vital pour l’économie de la province et du pays. A cela s’ajoute la mise en place des stratégies qui permettront d’accélérer le rythme du transport des vivres importés.

  • Partager cet article

about author

Laisser un commentaire

Envoyer